Urgent

Les raisons profondes ayant conduit au retrait de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun

03.12.2018(07H59)

Après le retrait de l’organisation de la coupe d’Afrique des nations CAN 2019 au Cameroun, le gouvernement camerounais comme à son habitude cherche des raisons pour masquer son incompétence. Cette fois il ne s’agit plus pour le régime du président Biya de justifier la misère des populations par la crise financière internationale, la thèse du complot est une fois de plus mise en avant.




Dans la série de vidéos ci-dessous, Christian Penda Ekoka donne les détails sur les causes profondes du retrait de cette CAN2019.

Absence de coordination et opacité dans la gestion des projets, quelques exemples tirés sur le volet parmi les multiples projets de la CAN.

Le 23 Aout 2018 le ministre Nganou Djoumessi organisait une réunion dans la salle de conférence de son ministère pour donner des précisions sur le scandale autour du marché sur les infrastructures de la CAN2019.

Au cours de la conférence de presse, le ministre avait donné les détails sur ce projet routier de la CAN 2018.

‘’Il était question d’une chaussée 3×2 voies avec ses aménagements de fonctionnalité, pour desservir le complexe sportif de Japoma à Douala, dans la région du Littoral. Il doit être livré le 31 mars 2019. ‘’ Expliquait le ministre.

Alors que l’appel d’offre du ministre des travaux publics était évalué à 45 milliards de FCFA pour Neuf Kilomètres de route sur un  marché attribué au grés à grès à l’entreprise française RAZEL, son collègue Aba Sadou du ministère des marchés publics, confiait le même projet à  l’entreprise chinoise WEITC and China RC, 9 km de route à 34 milliards 515 millions, PK10-PK19.Un marché attribué par deux ministères à deux entreprises différentes avec une différence de prix de près de 10 milliards de FCFA.

34 milliards de FCFA pour  une entreprise chinoise qui viendra découvrir le pays à huit mois de la CAN , pourtant Yenigun, l’entreprise Turque qui construit le stade de Japoma ,avec l’avantage de maitriser le site, proposait 26 milliards 550 millions pour les 09 km de route contre 27 milliards 130 millions pour Sinohydro présent dans plusieurs projets routiers au Cameroun .






Déjà plusieurs mois, ce projet n’a pas démarré et nul ne sait s’il sera exécuté par le groupe chinois amené par Weitc ou par l’entreprise française Razel.

Cette bataille entre les ministres des travaux publics et celui des marchés publics révèle l’absence de coordination gouvernementale dans la gestion des projets, pire  l’opacité dans l’attribution des marches.

Opacité dans l’attribution des marches

En 2016, les entreprises canadiennes réunies autour d’un consortium SODEVI International  ont manifesté leur intérêt dans la construction et la réhabilitation des infrastructures dans la perspective de la Coupe d’Afrique des nations 2019, leur cible était le stade omnisport de Douala Bependa.

Un an après,  soit en Juillet 2017, le consortium canadien représenté par son développeur local South Atlantic Service était sur le site de Bependa. Au cours de sa  conférence de presse, les partenaires canadiens ont détaillé le contenu de leur projet. Il s’agissait notamment de la construction du stade Omnisports de Douala Bepanda, la construction du Stade Annexe, du Gymnase Multisports de Douala, du stade Mbappé Léppé, du Stade de Bamoussadi, des stades de Bandjoun et de Mbouda. Un financement 100% canadien à hauteur de 60 milliards de FCFA.

Alors que les camerounais attendaient le début des travaux, plus aucune trace des canadiens, ceci jusqu’à l’annonce de l’arrivée des premières missions de contrôles de la CAF. Dos au mur et sous pression, l’état du Cameroun ira emprunter à la banques allemande Deutsche Pfandbriefbank (PBB) la somme de 63,2 milliards de FCFA pour financer les travaux de réhabilitation et d’extension du stade de la Réunification à Douala et de ses infrastructures connexes y compris le gymnase multisports de Bependa financé depuis 2011 et dont les travaux démarré cette même année sont abandonné depuis 07 ans.

Ce sont ces canadiens qui jadis proposaient de prendre en charge tout le financement que l’on va retrouver sur ce projet attribué sans appel d’offres.

La gestion des projets d’infrastructures de la CAN relevait des scenarios dignes des films de la mafia.

Ci-dessous le témoignage de l’avocat Celestin Kengoum

’Il y a quelques années, mon Cabinet a été constitué par l’un des constructeurs de nos stades-principaux pour l’assister juridiquement dans le cadre de la signature du contrat avec l’Etat du Cameroun. Le marché portait sur plus d’une centaine de Milliards de nos francs CFA. Rendez-vous a été donné au Secrétariat Général de la Présidence de la République, avec la recommandation faite à mon client de communiquer les noms, prénoms et fonctions des participants. 24 heures avant la rencontre, j’ai reçu un coup de fil de mon client me demandant de ne plus me déplacer. Raison invoquée : on n’y voulait pas d’Avocat et en cas d’insistance il perdrait le marché. Par la suite, j’ai appris que le montant du marché, par rapport à la mouture qui m’avait été présentée, a été substantiellement modifié à la hausse, ensuite subi des augmentations successives par la technique des avenants. Où en est-on aujourd’hui ? Que ceux qui crient au complot, peut-être de bonne foi, arrêtent leur cirque ! Le Chef de l’Etat n’aura plus d’excuse, et pourra même être légalement accusé d’en être l’organisateur, s’il ne fait pas rapidement la lumière sur ce scandale des contrats autour de l’organisation de la CAN 2019 ! En ce moment, il ne peut plus être maître du temps ni de son temps !”




Hôpital de référence de Bafoussam

A l’hôpital de référence de Bafoussam indispensable pour la CAN2019, le ministre Mama Fouda avait annoncé la réception de ce projet  pour le mois de Septembre 2018.C’est en Mai que les ingénieurs découvrent l’existence d’une nappe phréatique sous le chantier. Les travaux sont arrêtés parce que le maitre d’ouvrage exige  pour la suite une rallonge budgétaire, un projet évalué à 15 milliards de FCFA.

Albin Njilo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *