Urgent

CAN 2019 : LE CARTEL DU MAL EN ACTION ACTE 1 – AVEU DE SABOTAGE

21.12.2018(12h19)

Un certain Peter Akwawanga, signature inconnue, pseudonyme inconséquent, a cru devoir obéir à ses commanditaires bien identifiés, logés d’une part à la Task force au  secrétariat général de la présidence de la République, et d’autre part, dans l’unité technique opérationnelle (UTO) située dans le secrétariat général des services du Pm, à l’effet de jeter l’opprobre sur certains membres du gouvernement, points focaux de la Can 2019 retirée au Cameroun. L’argumentaire illogique du journaliste-commando, sur la base des fake news et d’une falsification des faits, met à nu la grossière manœuvre des saboteurs de la Can 2019, Ferdinand Ngoh Ngoh, Séraphin Magloire Fouda, Mauger Ayem, François Félix Ewane, tous mus par une gloutonnerie  gargantuesque et une soif effrénée du pouvoir suprême, au point de sacrifier l’honneur du Cameroun.




Dans les allégations du chargé de mission commis pour blanchir le cartel qui fait tant de mal au Cameroun, figure la défense du dossier du pays des Lions indomptables à Accra au Ghana, lors de la douloureuse session du comité exécutif de la Caf tenue le 30 novembre 2018. « La délégation du Cameroun devait être conduite par le Minsep Bidoung Mkpatt. Le Chef de l’Etat a donné son accord. Sauf que le président de la Caf, Ahmad Ahmad déteste le ministre camerounais des sports depuis qu’il est informé que celui-ci complote avec le président de la fédération nigériane de football, Amaju Pinnick, pour le faire tomber lors des prochaines élections.
Ferdinand Ngoh Ngoh, Sgpr, obtient que le secrétaire général du Minsep, Benga Zachée et François Félix Ewane conduisent la délégation officielle », essayent-ils de se dédouaner pour justifier la mise à l’écart d’un interlocuteur sérieux de la trempe de Bidoung Mkpatt lors des cruciaux travaux d’Accra. L’aveu de sabotage est complet et bien perçu dans  cet extrait de l’article commandé qui circule abondamment sur la toile, relayé à coup de millions dans les autres médias par personnes interposées.




Selon notre enquête, Bidoung Mkpatt, ministre sectoriel, invité aux travaux d’Accra, a volontairement été mis à l’écart pour une mission aussi sensible ! En réalité, Séraphin Magloire Fouda, sans consulter le Minsep qui a pourtant conduit toutes les missions d’inspection de la Caf au Cameroun, a désigné après arrangement avec les membres du clan, la délégation officielle devant se rendre au Ghana. Cette délégation était constituée des chefs de file de la mafia d’Etat, Zachée Robert Benga, un chargé de mission envoyé depuis la Présidence pour espionner et torpiller les actions de Bidoung Mkpatt, du président de l’UTO, l’invisible mais très remuant Félix Ewane, ingénieur du génie civil attaché dans les services du Pm et de Maître Dieudonné Happi, dans ses prérogatives de président du Comité de normalisation de la FECAFOOT.
Au nom de l’intérêt supérieur de l’Etat, les documents préparés par le Cocan, présidé par le ministre des Sports, ont été remis à ces représentants sans étoffe venus du Cameroun. Ces envoyés du Cameroun ont brillé par beaucoup de maladresses et attitudes condescendantes, convaincus eux-mêmes de la non maitrise du dossier et de l’ampleur du challenge. A la décharge du Cameroun, ils évitent la presse à Accra comme de la peste, visiblement transparents et tenaillés par la peur, prétextant l’obligation de réserve, au moment où l’on notait une offensive médiatique des contradicteurs du Cameroun et leurs affidés. Rfi relaie cette attitude contre-productive à l’échelle internationale.
Pour se donner bonne conscience après un échec cuisant à Accra, ils estiment aujourd’hui et le font relayer par leurs sbires dans les médias que des copies compromettantes avaient été remises par le Minsep à Géremi Sorel Njitap pour transmission à Amaju Pinnick, qui a saisi cette occasion pour clouer le Cameroun au pilori en plein comité exécutif de la Caf. Ainsi, d’un coup, cet Amaju Pinnick est le complice de Bidoung Mkpatt pour éjecter Ahmad Ahmad de son poste de président de la Caf, et d’un autre coup le même Amaju Pinnick, ami du Minsep, ne lésine pas sur les moyens pour présenter les documents qui compromettent le Cameroun en séance plénière. La volonté de s’affranchir en trouvant les coupables de l’humiliation faite au Cameroun ne rend plus Ngoh Ngoh et compagnie très lucides.




Pour écarter le ministre sectoriel d’une délégation ultra importante, l’on évoque sa complicité avec Amuju Pinnick  qui, par ailleurs, ferait le courroux d’Ahmad Ahmad. Pour expliquer la médiocrité des membres de la mafia d’Etat à Accra, l’on évoque des documents contraires remis à Njitap et jubile d’une victoire dans leur tête après leur piètre exposé. A la vérité, il apparait après recoupements que pour des questions de stratégie et de lobbying,  les mêmes documents ont été remis à Bell Joseph Antoine et Géremi Sorel Njitap, plus introduits à la Caf que les deux farceurs usurpateurs envoyés en mission au nom du Cameroun. Njitap est le point focal désigné par la Caf elle-même pour l’organisation de la CAN 2019, et ne peut donc être envoyé en urgence comme on le dit par le Minsep, alors que Bell est convié par son statut à la Caf à prendre part à ces travaux.
Pour se dédouaner des conséquences de leurs actes rétrogrades, trouver des artifices susceptibles de les disculper de leurs actes qui plongent le Cameroun dans une honte innommable, Ngoh Ngoh et compagnie inventent tout. Un de leurs subterfuges arguments consiste à dire que  Bidoung Mkpatt et Amaju Pinnick conspirent pour évincer Ahmad Ahmad. Un ministre de la République, fut-il celui des sports, n’a pas de contact direct avec les membres du Comité Exécutif qu’à travers leur  point focal, le Président de la Fédération Camerounaise de Football.
Il ne peut avoir contact sans respect de ces préalables. Donc, il ne peut y avoir complot possible. C’est tout simplement un montage grotesque et grossier. Et puis, quelle peut être l’incidence d’un ministre sur 54 Etats pour faire tomber un président de confédération qui tient son mandat des associations qui composent son organisation? Cette complicité subite entre Bidoung Mkpatt et Amaju Pinnick est un artifice qui ne mérite même pas qu’on s’y attarde et relève des critiques basses qui se tissent pour des objectifs et ambitions inavoués. L’aveu de déstabilisation paraît clairement par le sentiment que le clan Ngoh Ngoh voudrait faire passer au sein de l’opinion publique. Ils font écrire dans les médias et réseaux sociaux que suite au retrait de la Can 2019 par la Caf « le ministre Bidoung Mkpatt vient de démontrer à Paul Biya et au gouvernement que sans lui, le Cameroun ne peut rien faire pour la Can 2019 ».




Les comploteurs savaient donc que le ministre des sports aurait fait de résultats probants à Accra et l’ont tout simplement mis de côté pour envoyer une bande de touristes faisant ainsi entorse à une volonté nationale. Le cynisme politique que l’on voudrait par ces faits lui attribuer est plutôt le sport favori de ces personnes sans états d’âme, ni scrupules, qui ont une peur bleue de l’engagement rigoureux, professionnel de Bidoung Mkpatt dans le projet d’organisation des CAN, comme ce fut le cas avec la Can féminine 2016 et bien d’autres événements par le passé, sans compter les victoires sportives. C’est assurément ce refus de s’inféoder aux intérêts divergents et pratiques insolites des responsables aux objectifs inavoués qui lui vaut toutes ces inimitiés.
Dommage !
MVONDO Le Patriote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *