Urgent

Batoufam a célébré ce mercredi un héros national, Samuel Wanko député assassiné à 32 ans

14.12.2017(09h00)

 

« Wanko Samuel, du monde meilleur où vous vous trouvez, soyez notre guide et notre appui. Les fils du Cameroun ne vous oublieront jamais », ces propos tenus par le président Ahidjo en 1957 alors qu’il était encore vice-premier Ministre chargé de l’intérieur resteront à jamais gravés dans l’histoire de  l’émancipation  du Cameroun. L’anniversaire de son assassinat a été célébré hier Mercredi 13 Decembre à Batoufam, une initiative de l’association TAG(Tswefap Action Global) qui a voulu relancer le débat sur l’héritage du jeune député nationaliste, premier ingénieur des ponts et chaussée du Cameroun, député  et bâtisseur des villes de la région de l’Ouest mort à 32 ans .




S1S5

Le 23 décembre 1956, Samuel Wanko âgé de 32 ans  se présente aux élections législatives et est élu. Très actif, il intervient à plusieurs reprises pour que la pêche côtière soit entre les mains des autochtones et non des étrangers, celui qui défendait les causes de l’UPC va œuvrer pour le développement agricole de la région de l’Ouest à travers l’acquisition par les paysans des semences des produits agricole, son combat contre la « loi-cadre Defferre» du 23 Juin 1956 qui habilitait le gouvernement à statuer par décret dans un domaine réservé en principe à la loi fera de lui l’ennemi de la politique de Messmer qui avait fait taire  tous les parlementaires réfractaires.




S3

Il sera assassiné  le 13 Decembre1957, ‘’L’assassinat du député Samuel Wanko introduit dans l’Ouest Cameroun les vagues de violences qui touchaient les représentants de l’Etat dans les centres urbains et les localités proches de Douala et du pays Bassa’’ , l’UPC va rentrer dans la lutte armée deux jours après son assassinat, soit le 15 décembre 1957.

Le vice-premier Ministre chargé de l’intérieur, Ahmadou Ahidjo et le Haut-Commissaire Pierre Messmer assistent à son enterrement à Batoufam. Dans son éloge funèbre, Ahidjo déclare : « Wanko Samuel, du monde meilleur où vous vous trouvez, soyez notre guide et notre appui. Les fils du Cameroun ne vous oublieront jamais ». C’est l’unique personnalité CAMEROUNAISE qui a jusqu’ici eu droit à un monument à Bafoussam.




S2  S4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *