Urgent

Vers un Waterloo du président Idriss Deby dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun ?

04.01.2019(16H40)

Il y a 200 ans la Bataille de Waterloo qui mettait fin au règne de Napoléon et à 20 ans de guerre en Europe. Le Napoleon Bonaparte africain trouvera-t-il son Waterloo dans les régions anglophones du Cameroun ?




Le Samedi 22 décembre, Emmanuel Macron est arrivé à N’Djamena, il passa le réveillon de  Noël au milieu  des troupes françaises déployées au sein de l’opération Barkhane. Dans l’agenda de la visite d’Emmanuel Macron, l’implication des femmes dans le développement,  Boko Haram et la crise centrafricaine. Pour les observateurs, rien de cela ne justifiait que le président Macron se déplace alors que les gilets Jaune étaient positionnés autour du palais de l’Elysée. Toute l’actualité française parlait de la crise sociale dans le pays.

Les Centrafricains respirent la sécurité avec l’appui de la Russie

En RCA, alors que Macron disait s’inquiéter sur la Centrafrique, le pays renouait avec son ambiance d’antan. « Les préparatifs des fêtes de fin d’année vont bon train et Bangui vibre au rythme des célébrations. Les marchés et rues grouillent de jouets et de gens. Presque tous les marchés, les grands magasins et les abords des avenues sont envahis de jouets de toutes sortes. La mairie centrale a décidé cette année de créer un marché commun. Un terrain de football dans le 1er arrondissement abrite ce lieu, “devenu très vite attrayant” selon Emile Gros-Raymond Nakombo, maire de Bangui. , » Expliquait le media NEWSROOM (ADV) avant de préciser « Les Centrafricains respirent la sécurité avec l’appui de la Russie »




La crise anglophone

Quels étaient les  enjeux réels de la visite de Macron au Tchad au moment où cinq pays y compris les états –unis donnaient un ultimatum au régime Biya pour mettre fin à la guerre dans le Nord-Ouest et le Sud-ouest. Pour la première fois le Cameroun était à l’ordre du jour au conseil de sécurité de l’Onu, plus de 60 ans après le passage d’Um Nyobé la France était spectatrice.

Une heure de temps après l’ultimatum américain par le vice représentant à   l’ONU sur la crise anglophone et l’urgence d’un dialogue, le président Biya avait signé un décret pour libérer des centaines de prisonniers, des images diffusées par la page Facebook de l’armée camerounaise présentaient des sécessionnistes rendant les armes.

Surnommé par   Emmanuel Macron le Napoléon Bonaparte africain, Idriss Deby est le gros bras de la France en Afrique, on l’a vu sur plusieurs fronts  en soutien à la France.

Plusieurs informations font état de la présence des soldats tchadiens dans les régions anglophones pour réagir suite aux menaces du président Biya. Il avait mis en garde les sécessionnistes qui n’accepteraient  pas déposer les armes, promettant une riposte musclée.

Le porte-parole de l’armée camerounaise a démenti ces propos sur la présence des soldats tchadiens. La question qui se pose maintenant c’est sur la crédibilité de ce porte-parole qui avait plusieurs fois qualifié de fake les vidéos sur les soldats camerounais assassinant les femmes et enfants.

Quelle logique pousserait Idriss Deby à prendre de telles décisions si elles étaient avérées ? L’opposition tchadienne restera-t-elle muette ?




En Décembre 2017, alors que la Guinée Equatoriale  en disgrâce avec Paris, la famille du président Oiang Nguema a risqué la décapitation, un coup d’état  se préparait pour les surprendre au soir du réveillon dans la ville de Mongomo, Paris et Ndjamena ont été directement indexés par le gouvernement Equato-Guinéen.

Si ces informations sur la présence des soldats tchadiens au Cameroun sont vraies, alors le Napoleon Bonaparte africain risquerait d’avoir son Waterloo dans le Nord-ouest et le sud-ouest.

Albin Njilo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *