Urgent

FRAPPES RUSSES EN SYRIE : UN MESSAGE POUR L’AFRIQUE

mug

04-10-2015

Le premier Octobre 2015, sous invitation du président syrien, Moscou va engager ses premières frappes aériennes contre les positions de Daesh en Syrie.
Selon le ministère de la défense de Russie ,en 72 heures, la force aérienne russe a menée 60 opérations contre plus de 50 positions de Daech.600 terroristes ont déserté pour la seule province de Raqqa, les repaires des terroristes de Jaysh al-Fath à Jisr al-Choughour et à Jabal al-Zawiya, dans la banlieue d’Idleb, entièrement détruits, les forces armées d’Iran du Hezbollah et de l’armée Syrienne préparent une vaste offensive terrestre pour éradiquer le pays des terroristes de Daesh, nous sommes trois jours à peine depuis le début de l’offensive de Moscou.
Le premier ministre Irakien a hier samedi donné son feu vert pour une intervention russe sur le sol d’Irak
En septembre 2014, une coalition arabo-occidentale a été mise sur pieds pour lutter contre DAESH, les frappes aériennes ont tout simplement permis aux terroristes de gagner du terrain et d’occuper plus de 70% du territoire syrien et quasiment la moitié d’Iraq .




CONGO RDC
Dans la stratégie du chaos initiée par les multinationales occidentales en RDC, on estime à plus de 1000 entreprises américaines basées dans le pays et dont près de 80 % hors la loi.
Des milliards de dollar de pertes par an, un pays déstabilisé, l’état impuissant face au dictat des différents groupes rebelles accusés d’être finances par l’occident, on estime à plus de 6 millions de morts dans cette région du pays.
Crée en 1999, la mission des nations-unies au Congo, MINUC qui sera rebaptisée en 2010 Monusco aura pour mission de rétablir la paix dans le pays. Plusieurs nationalités non africaines seront déployées dans le pays, le résultat sera plus que chaotique. Tout le nord-est de la République démocratique du Congo va tomber entre les mains du M23 qui réussira par la suite à mettre pieds à Goma, chef-lieu de la province du nord Kivu, nous sommes en 2013.




Le 28 mars2013, la Russie qui occupe la présidence tournante du conseil de sécurité de l’Onu fait voter la résolution 2098 créant la brigade d’intervention de la Monusco, une première dans l’histoire, l’ONU qui a pour mission de pacifier devait créer une force offensive au Congo contre les rebelles qui occupent une grande partie du pays.
L’ambassadeur de la Russie accrédité à Kinshasa, Anatoly Klimento profitera pour lancer un appel à l’attention du gouvernement congolais :
« Le gouvernement du Congo de concert avec ses partenaires devra fructifier ce temps [de la présence de la Brigade] pour bien renforcer ses forces de sécurité, son armée, afin d’être capable de résoudre ses problèmes, tout seul, sans l’assistance des puissances de la communauté internationale ».
Selon un expert qui a suivi les négociations cite par le Figaro, NDLR : La représentante des États-Unis à l’ONU, Susan Rice, s’imaginerait mal, par exemple, voir les Tanzaniens, les Sud-Africains et les Mozambicains (qui se sont portés candidats) «déferler pour battre le M23»,le Rwanda, qui aurait de bonnes raisons de s’opposer à une telle brigade, ne l’a pas fait, car Kigali pensait qu’elle «accouchera d’une souris», précise l’expert.).
Le 25 Octobre 2013, l’offensive est lancée contre les positions rebelles, le 5 novembre, le M23 déclare qu’elle dépose les armes et deux jours plus tard, environ 1 600 membres du M23 se rendent aux autorités de l’Ouganda. Plusieurs autres groupes rebelles seront décapités




En mars 2015, l’armée congolaise va lancer une offensive contre les derniers rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), à l’est du pays. Un succès comme en témoigne le ministre de la Communication et des médias de la RDC, Lambert Mende : « On a 43 rebelles FDLR. 23 parmi eux se disent Congolais et 20 autres ont avoué être des Rwandais. Il y a même des hauts cadres de cette rébellion rwandaise : deux majors qu’on nous a présentés. Lorsqu’on additionne tous ces chiffres qui viennent du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Nord-Katanga, nous sommes à plus ou 93 FDLR qui ont été désarmés »
Le gouvernement de Kinshasa veut rétablir le pouvoir de l’état dans tout le pays. Et pour cela, il doit approfondir son partenariat avec des puissances qui jusqu’ici font preuve d’efficacités dans leurs approches de lutte contre les rebelles.
En Juin 2014, cite par Xinhua, la Chine et la République démocratique du Congo s’engageaient à renforcer leur coopération militaire, Xu Qiliang, vice-président de la Commission militaire centrale de la Chine, rencontrait Alexandre Luba Ntambo, vice-Premier ministre et ministre de la Défense de la République démocratique du Congo, on annonce des contrats records d’achats d’armes que le gouvernement de Kinshasa s’apprête à passer à la Russie, des contrats estimes a des milliards de dollar.(sources non confirmée)

CAMEROUN
Apres les évènements de Bakassi et les coupeurs de routes du Grand Nord, le Cameroun a pris acte de l’inefficacité des accords de défenses qui le liait à la France, accord qui faisait perdre au Cameroun une grande partie de ses ressources naturelles au profit de Paris.
Ayant expérimenté le BIL (Bataillon d’intervention léger) dans la lutte contre les coupeurs de routes dans le grand nord, le président Biya va donner plus de moyens à ce corps qui deviendra par la suite une des unités d’élites de l’armée camerounaise, le BIR.
Lorsqu’en 2009, l’état du Cameroun se prépare à faire évoluer  les accords de défenses qui nous liaient à la France ,évènement qui se produisit le 19 Mai 2009,le président du Cameroun en prévision aux représailles, va tout simplement doubler l’effectif du BIR, et faire de la Chine un partenaire stratégique de défense puisque Pekin aura le privilège d’être le premier pays au monde ,le seul avant la nomination du General Nka il y a quelques mois ou le Cameroun va avoir pour attaché militaire un General d’armée, c’est dire l’importance du partenariat qui se tissait entre les deux pays.




Trois mois avant le départ du président Biya pour la Chine en 2011, voyage hautement stratégique pour le Cameroun, le chef de l’état va envoyer en mission à Moscou le ministre camerounais des affaires étrangère, Henri Eyebe Ayissi pour une visite de travail avec son homologue Sergei Lavrov.
En 2014, le Cameroun est victime d’une double agression, d’abord à l’EST par la SELEKA, ensuite à l’Extrême-Nord par Boko Haram, le Cameroun sort victorieux de cette guerre qui aujourd’hui est  à la phase d’éradication des terroristes, la secte ayant été décapitée.
Ce qui est bien à noter dans la résistance des forces de défenses du Cameroun c’est l’impact du partenariat Sino-Russe dans ce conflit.
En juin 2014, pendant que l’armée Camerounaise réceptionnait du matériel de guerre de la Chine, parmi lesquels des Chars munis de GPS, armes à détection thermiques etc…la marine Camerounaise et chinoise lançait des exercices militaires aux larges de ses côtes, Deux frégates de la marine chinoise le Yang Cheng et le Luo Yang etant stationnees au port de Douala.
Tout cela sans oublier les présences régulières d’Antonov, avions cargo russes à l’aéroport internationale de Yaoundé Nsimalen.
Aujourd’hui, plus que jamais, le Cameroun et les pays de la sous-région sont déterminés à être en avant-garde sur le plan sécuritaire. Pour anticiper sur d’éventuels évènements désagréables, la zone D, la plus sécurisée du golf de Guinée, dont le commandement est basé  à Douala, vient d’ouvrir son espace aux navires de guerres Russes à travers un accord de défense signe entre la Guinée Équatoriale et la Russie. Désormais, les avions de combats de la Russie pourront survoler la région.




NIGERIA

Le 05 Mai 2014, Gudluck Jonathan se disant débordé par le terrorisme, demande  l’aide des États-Unis, de la France et de la grande Bretagne pour lutter contre Boko Haram.Drones et avions de combats seront déployés.Un an après ,Boko Haram non seulement contrôlait tout le nord et le nord est du Nigeria, s’organiser pour prendre le contrôle de la capitale régionale Maiduguri.

Il aura fallu un mois, sans soutien occidental pour que  Buhari parvienne à décapiter Boko Haram.Avec l’aide du Brésil,l’armée du Nigeria est dans la foret de Sambisa.
Le 26 Mars 2013 se tenait à Durban le sommet du BRICS (Brésil, Russie, Chine, Afrique du sud), Poutine profitera pour dénoncer l’ingérence occidentales qu’il prendra la peine de mettre en garde, il dira :’’il y aura plus d’ingérence dans les affaires internes d’un état souverain, l’avenir des nations ne doit plus dépendre du bon vouloir de Washington et de ses satellites’’
L’Afrique doit pouvoir lire et interpréter les différentes mutations qui s’opèrent en termes d’équilibre du rapport de force entre les grandes puissances, l’Afrique doit se positionner dans son choix stratégique en fonction de ses intérêts. Il ne s’agit pas ici de pro-russe ou pro-occidental ou pro-chine, mais de l’intérêt de nos différents états. Nous devons choisir entre le choix stratégique de la rupture ou celui de l’impérialisme, ce qui est sure, être non –aligné, on reste vulnérable et sera très rapidement ramené sur le terrier du prédateur.




Albin Njilo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *