Urgent

Le groupe Bolloré exclu de la short-list pour le terminal à conteneurs Douala-Bonaberi : Effet d’annonce ou rupture ?

09.01.2019(18H18)

Un an avant la fin de la concession de Bolloré au port de Douala, la Direction générale de cette infrastructure a publié une short-list d’entreprises requalifiées pour la rénovation, la modernisation, l’exploitation et la maintenance du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri. Un fait majeur dans cette liste, l’absence de Bolloré /DIT, concessionnaire depuis 2004.




Effet d’annonce ou rupture avec Bolloré ?

C’est en 2004 que le contrat de concession a été signé entre Bolloré /DIT et le port de Douala.Les clauses de résiliations en cas de non-respect et de renouvellement du contrat étaient mentionnés dans les cahiers de charges .

Lorsqu’en Janvier 2018 le port de Douala lance l’appel d’offre pour la gestion de ce terminal, les questions qui se posent au sein de l’opinion  sont relatives à la relecture du cahier des charges.

Christian Penda Ekoka, expert en économie de développement avait réagi  sur ce qui aurait du être fait au préalable   ’’il convient de rappeler que la concession du terminal de Douala DIT s’inscrivait dans le cadre de la reforme portuaire qui visait la réduction des coups de passages de manière à rendre celui-ci compétitif par rapport à d’autres ports sur la côte Ouest Africaine, il aurait été judicieux de faire le bilan de DIT par rapport aux objectifs de cette réforme’’  expliquait le conseiller démissionnaire du président Biya avant de préciser que seule la relecture dans la transparence du cahier des charges avec DIT permettra au port de remplir les clauses de résiliation de contrat ,si non Bolloré pourra trainer le Cameroun en justice.




Avant de lancer l’appel d’offre, il était important de commencer par la relecture de la concession qui d’office aboutirait à la résiliation du contrat. ‘’Pourquoi le port ne le fait pas et préfère s’engager  dans une démarche plus complexe qui risquerait trouver un dénouement dans les tribunaux ?’’ s’interroge Cyriac Njoh , économiste.

Un an avant la fin de la concession, rien n’est fait dans le sens de la relecture du contrat, ce qui fait penser par des nombreux analystes que cette short-list restreinte rentre dans la logique de l’effet d’annonce  .

En Mai 2018, le port de Douala s’est enrichi d’un troisième portique qui faisait partie d cahier des charges de la concession, ‘’ce qui était considéré comme un don de Bolloré à travers DIT  était un acte qui visait à préparer la futur concession.’’ Expliquait l’économiste. Ce qui montre les intentions de Bolloré d’y rester.

 ‘’La direction du port chercherait sans doute à se sauver de l’humiliation sur les performances du port de Douala rendus publiques il y a quelques semaines sur la toile, relative à la perte de 50% du marché centrafricain et tchadien.’’ Explique Epaphrase Hol du mouvement C’est le Moment.




Au Cameroun Bolloré est patron du port de Douala, le port de Kribi, les chemins de fer du Cameroun (Camrail) la communication aérienne  avec Canal Sat, terrestre avec la TNT, 98% du marché d’Huile de Palme du Cameroun à travers SOCAPALM, l’Hevea, et bien d’autres.

Albin Njilo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *