Urgent

Deux semaines après le départ du président français Emmanuel Macron du Tchad, la ville minière de Bakouma tombe entre les mains des rebelles.

10.01.2019(12H40)

Alors que le pays savourait la paix depuis l’arrivée des soldats russes, les centrafricains pensaient avoir tourné la page de la violence jusqu’à l’arrivée au Tchad le 24 Décembre du président Emmanuel Macron .




La visite du président français au Tchad en pleine crise socio politique dans son pays avait suscité des interrogations. Non seulement elle correspondait à l’arrivée des émissaires de l’UA au Cameroun dans le cadre de la crise postélectorale et la crise anglophone, la France ne supportait pas être chassé de la RCA par le nouveau gouvernement avec l’appui des russes.

Idriss Deby avait été rebaptisé par son homologue français le Napoleon Bonaparte africain pour le rôle que joue le Tchad dans les conflits en Afrique aux cotés de la France.

Deux semaines après le départ de Macron, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), un groupe armé issu de l’ex-Séléka, a pris le contrôle de Bakouma, ville minière située dans le centre-sud de la RCA.




Bakouma est une ville stratégique, où se trouve un important gisement d’uranium on y à découvert d’importants gisements de diamants. La société minière française Areva y est présente.

Abdoulaye Hissène, le chef du FPRC, est selon  la fondation américaine d’investigation The Sentry est en contact direct avec plusieurs proches du président Idriss Deby. M. Hissène s’est créé des « réseaux d’affaires » à N’Djamena  à travers différentes sociétés, dans le commerce de voitures de luxe et le pétrole, selon The Sentry.

Cameroun Liberty

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *