Urgent

Cameroun : Deux communiqués contradictoires du port de Kribi et sa gestion caractérisée par l’imposture et le mépris des populations

10.07.2018(13h20)

 

En deux jours le port de Kribi a fait deux communiqués contradictoires.Le 09 Juillet 2018, la Direction de l’infrastructure annonce  le choix du modèle de sous-traitance avec le consortium camerounais KPMO pour la gestion du terminal polyvalent du port de Kribi. Face aux critiques et révélations sur l’absence de compétitions suite à l’appel d’offre lancé par la direction de cette infrastructure depuis le 12 mars 2018,car aucun compétiteur n’ayant trouvé en cette offre une opportunité commerciale, les dirigeants du port de Kribi ont fait ce mardi un nouveau communiqué dans lequel ils mentionnent que plusieurs entreprises internationales étaient en compétition pour cet appel d’offre  notamment le port d’Envers et bien d’autres, et que le gouvernement aurait privilégié la sous-traitance nationale pour deux ans.




Une incohérence qui n’obéit à aucune logique économique, estime le conseiller du président Paul Biya, Christian Penda Ekoka qui parle du vrai bricolage.

’ Pourquoi confier la gestion a un groupe de camerounais pour deux ans si on estime qu’ils en ont les capacités pour revenir deux ans après avec un appel d’offre international ?’’Précise le conseiller

Ces différentes sorties de la direction du port traduisent l’imposture qui caractérise les gestionnaires des entreprises publique camerounaises.

Pourquoi le gouvernement camerounais continue de faire des entreprises publiques camerounaises des instruments de rentes au détriment des populations dont l’avenir des futures générations est déjà hypothéquée à cause des projets mal ficelés, sans impact sur l’économie ?

Deux bateaux tous les trois jours, c’est les chiffres évoqués il y a quelques semaines par les medias camerounais citant la Direction du port de Kribi pour justifier l’hyperactivité de cette infrastructure. Pour le conseiller du président Paul Biya Christian Penda Ekoka, c’était impossible pour ce port de réceptionner autant de navire, Douala  n’ayant pas ce volume d’activité. Le conseiller du président Biya espérait de la Direction du port un communiqué pour réparer ce qui apparaissait comme un grossier mensonge. L’absence de ce communiqué va confirmer l’origine de ses informations, la Direction du port de Kribi.




Dans leur communiqué relayé par la presse, le port avait déclaré avoir réalisé un chiffre d’affaire d’un milliards de FCFA en un mois. Parmi les marchandises réceptionnées, il y avait le Malt pour les sociétés brassicoles et les appareils électroniques et électroménagers.

Du Malt pour quel marché ? S’interrogeait certains observateurs alors que les brasseries, principal importateur de malt a fermé ses usines de productions dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest, importer du malt de Kribi et Douala signifiait augmenter ses capacités de production. Les matériaux électroniques et électroménagers étaient destinés à quel marchés ?’’ Le port ne livre qu’en fonction de la capacité d’absorption d’une économie’’ précise le conseiller du président Biya.

A la suite du désistement de Necotrans sur la gestion du terminal polyvalent du port de Kribi, le 12 Mars 2018, la Direction du port de Kribi a lancé un appel d’offre international pour la gestion de ce terminal. Un quai de 250 m de long, le port avait 03 mois pour sélectionner le concessionnaire devant s’occuper de la gestion et de la maintenance.




Trois mois après l’appel d’offre, selon une source bien introduite, aucune entreprise ne s’est présentée avec un dossier, c’est finalement ce mois de Juillet que le gouvernement camerounais a signé avec consortium des entreprises camerounaises KPMO  pour une sous-traitance de deux ans dans la gestion du terminal.

La question qui est posée est celle de savoir pourquoi les entreprises publiques camerounaises notamment le port de Kribi doivent tout le temps mentir aux camerounais sur leur bilan quand bien dans d’autres cas la défaillance est visible, des entreprises qui dépendent du budget de l’État pour fonctionner?

 

Albin Njilo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *