Urgent

Cameroun : 19,158 milliards de FCFA détournés dans le cadre de la construction du port de Kribi

09.01.2019(22H30)

« Dans le cadre de la construction du Complexe industrialo-portuaire de Kribi, des fonctionnaires véreux ont solidairement créé une dépense injustifiée de 19,158 milliards à la charge du contribuable ». C’est une révélation faite par la Commission nationale anti-corruption (Conac) dans son rapport 2017  rendu public en décembre 2018.




Selon la CONAC citée par le magazine Investir au Cameroun, le problème est tellement grave qu’elle exige une enquête en justice.

Louis Paul Motaze était président du comité de pilotage de cette infrastructure, pour Christian Pend Ekoka , l’actuel ministre des finances avait pour des raisons inavouées forcé les résultats d’une étude pour justifier la construction du port.

Ce port construit et livré en 2014, avait fait pratiquement deux ans sans fonctionner exposant l’infrastructure à la corrosion.

450 milliards de FCFA d’investissement, soit 250 milliards de FCFA pour la première phase avec 250 milliards pour l’autoroute Kribi-Lolabé, le tout pour une capacité d’un million de tonne par an.

’Les prévisions de trafic portuaire ci-jointes sont issues de l’étude relative au schéma portuaire national, commandée en 2009 par l’actuel MINEPAT lors de son premier séjour dans ce ministère. Je vous fais remarquer qu’en 2009, le trafic portuaire national (Cameroun, Tchad et RCA) n’est que d’environ 9 millions de tonnes. Or vous voyez qu’on l’on projette à 36 millions de tonnes en hypothèse basse en 2015. On est en 2017 et le trafic portuaire est d’environ 12 millions de tonnes.




Qu’est-ce qui pouvait justifier un  bond  d’environ 30 millions de tonnes entre 2009 et 2015, sinon le pari fortement incertain fait sur les projets miniers (fer, cobalt, bauxite, etc.), tous arrêtés. On a forcé les conclusions de cette étude pour justifier la construction du port de Kribi, qui apparaît clairement aujourd’hui comme la charrue mise avant les bœufs.

Une bonne planification aurait cherché à synchroniser le développement de ce port avec celui des projets miniers. Il va de soi que les exploitants miniers allaient construire les moyens d’évacuation de leurs minerais (chemins de fer, terminaux minéraliers), comme l’a fait le consortium pétrolier privé pour l’évacuation du pétrole exploité au sud de Doba au Tchad en construisant le pipeline et le terminal flottant au large de Kribi. On n’a  pas eu besoin d’y investir d’importantes ressources publiques susceptibles d’être utilisées ailleurs.’’ Expliquait  au journal Cameroun Liberty, Christian Penda Ekoka, alors qu’il était encore Conseiller Technique à la présidence de la république du Cameroun.




Le port de Kribi est opérationnel depuis Mars 2018, l’infrastructure fonctionne grâce aux subventions du budget de l’état.

A cause des financements de projets immatures par ce ministre, on peut citer les agropoles, le barrage de Mekin,Memve Ele, usine des tracteurs d’Ebolowa, Usine des maniocs de Sangmelima et bien d’autres.Le Cameroun paye à nos jours 250 milliards de FCFA par an au titre d’intérêt sur la dette, sans compter le principale, pour des projets n’ayant jamais vu le jour pour certains, d’autre morts nés et ceux qui résistent n’ont aucun impact positif dans l’économie.

Albin Njilo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *