Nouveau rebondissement dans l’affaire Pasteur Patrick Suffo de la paroisse de Chila Batoufam, des têtes tombent au sein du RDPC


Le 09 Février 2019, le Secrétaire Général du Comité Central du RDPC, Jean NKUÉTÉ est à la tête d’une forte délégation d’élites du RDPC et autres invités venus accompagner Samuel Ndomgang à sa dernière demeure. L’agrégé de physique  présidait avant sa mort l’académie des sciences du Cameroun.

Marié, père de nombreux enfants, Samuel Ndomgang avait pour ex-compagne, le professeur Felicité Mbiapo Tchouanguep, ancien vice-recteur chargé de l’inspection à l’Université de Dschang et cadre du RDPC.

Lors de sa prédication aux obsèques de Samuel Ndomgang,   et en présence de toutes les élites suscitées, le Révérend pasteur Ghislain SUFFO a dénoncé les “arrestations arbitraires” en cours au Cameroun ainsi que les “mauvaises” conditions de détentions des prisonniers.’’

Suffo est un pasteur l’Église Évangélique du Cameroun de la paroisse de Chila à Batoufam dans le Koung-khi, région de l’Ouest, président du district de Batoufam et spécialiste de la théologie politique.

L’homme de Dieu ira plus loin dans son homélie en évoquant les aides qui selon lui sont faites pour “aliéner” le peuple. “Au lieu de donner les aides pour aliéner, vaudrait mieux créer les conditions propices aux développements pour tous” déclare Suffo avant d’ajouter ceci “Dans ce pays, certains hommes se considèrent comme des dieux, vous êtes des Hommes, vous ne serez jamais Dieu”.

Le rouleau compresseur du régime n’est pas resté sans  réagir. Le 19 Février, il est convoqué par le préfet du Koung-Khi pour s’expliquer sur ses propos .L’homme de Dieu, serein, est allé se justifier auprès des autorités, c’était sans imaginer qu’une semaine après la convocation du préfet, le jeudi 28 février 2019 il est convoqué à la Délégation Générale de la Sûreté Nationale  par le Secrétaire Particulier du Délégué, le commissaire de police MEVA Vincent de Paul.

Entre menaces et intimidations, l’on apprendra qu’une élite de l’arrondissement de Bayangam serait à la manette, madame la ministre Madeleine Tchuenté.

Selon des sources anonymes, Madame Tchuente qui était présente aux obsèques serait à la manœuvre, elle aurait saisi le comité centrale du RDPC pour des sanctions sévères contre l’ex épouse de Samuel Ndomgang, ex vice-recteur de Dschang et responsable du RDPC de Batoufam.’’la ministre estime que le professeur Félicité Mbiapo Tchouanguep ne pouvait pas ignorer ce que le pasteur devait bombarder lors de son homélie ‘’ nous renseigne notre source qui voit en cet acharnement contre sa personne une bataille de positionnement politique ‘’ professeur Felicité Mbiapo Tchouanguep est une fois victime de son aura et militantisme au sein du RDPC, elle réunit tout pour porter le parti que ce soit  à la mairie comme à l’assemblée nationale, ce qui n’est pas du gout de madame Tchuenté qui préfère copter des pantins’  explique notre source qui va plus loin en précisant que l’objectif inavoué de madame la ministre Tchuenté serait de tout faire pour neutraliser la prof Mbiapo dont le dynamisme dans le département la prédispose à  une ascension si jamais elle se faisait remarquer par le pouvoir de Yaoundé .

 En 2013, malgré la volonté du RDPC de mettre en avant le genre féminin, la candidature du Professeur Félicité Mbiapo Tchouanguep   n’a pas retenu l’attention des patrons du Rdpc.  ‘’Elle avait été relevée de ses fonction à cause d’une histoire où l’on serait allé raconter à Fotso Victor qu’elle l’avait traité d’illettré ‘’

Albin Njilo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*