Cameroun : Courtés Ketcha pourra-t-elle réussir où Mbwentchou a échoué ?

Depuis sa nomination au poste de ministre camerounais du développement urbain et  de l’habitat , Celestine Courtés Ketcha enchaine des tournées à travers le pays. De Maroua, N’Gaoundéré en passant par Garoua, Yaoundé, Bafoussam Bandjoun, Foumban, l’Ex maire de Bangangté en moins de deux mois a fait le tour des gros projets d’infrastructures  destinés à l’amélioration des conditions de vies dans nos différentes villes.

A l’initiative de son prédécesseur Jean-Claude Mbwentchou, des projets de développement urbain sont lancés à travers le pays depuis sa nomination en 2011comme ministre de l’habitat et du développement urbain.Projets de tramway, projets d’aménagement du lac municipal de Yaoundé, logements sociaux, autoroute Yaoundé-Nsimalen, projets de drain  dans les principales villes, constructions des infrastructures sportives, et bien d’autres, tous les espoirs des camerounais quant à la réussite de ces initiatives  sont voués en désolations .Tout comme Courtés Ketcha, l’ex ministre Jean Claude Mbwentchou avait le profil idéal pour ce poste, il est ingénieur de génie civil de l’école polytechnique de Yaoundé, détenteur depuis 1983, d’une maîtrise en aménagement urbain et  une formation d’Ingénieur principal des travaux publics.

Entre immaturité des projets, surfacturations, Courtés Ketcha hérite d’une série de projets non réalisés dans un climat de crise de confiance entre l’État et ses créanciers.

Le nouveau ministre est-elle capable de relever le défi ?

Alors qu’elle participait au forum international sur les  Objectifs du Développement Durable (ODD), peu avant l’adoption d’habitat III à Quito, Courtes Ketcha relevait l’urgence des  infrastructures comme composante clé de l’atteinte des ODD. Présidente du Réseau des Femmes Elues d’Afrique, Courtés Ketcha se déplaçait à travers le monde avec la ville de Bangangte avant sa nomination au poste de ministre.

Plusieurs fois ville la plus propre du Cameroun, Bangangté depuis l’arrivée de Courtés Ketcha n’a pas cessé de briller à l’international grâce à ses capacités à signer des partenariats financiers internationaux.

Prix décerné par le Feicom pour les meilleures pratiques communales en matière de développement local, prix de l’excellence des Nations Unies pour les services publics, dans la catégorie « Amélioration du service rendu aux populations », juste derrière l’Afrique du Sud (première) et devant le Singapour (troisième) ,première ville d’Afrique à recevoir son attestation AFAQ 26000 ,cette certification autorise   la commune de Bangangté à mentionner le label ISO 26000 sur l’en-tête de ses documents.

Entre couverture de la ville en eau et en  latrines publiques, Courtes a doté Bangangté de 81 lampadaires solaires pour l’éclairage public, une centrale solaire voltaïque de 20,16 KWC a été installée à l’hôpital de District de Bangangté après une livraison de 237 lampes et tubes LED et un panneau de labélisation.

Reconnue pour sa rigueur et son pragmatisme, Courtés Ketcha a annoncé les couleurs au lendemain de sa nomination en déportant  le matériel de vidange de la ville de Bangangté vers Yaoundé 6 e malgré les critiques du maire.

’Ce qui manque le moins au Cameroun pour la réalisation des projets c’est l’argent’’ Christian Pend Ekoka, expert des économies en développements et président du Mouvement Agir.

Ce Jeudi 28 Février 2019 Mme le MINHDU, participait à une cérémonie de signature à Yaoundé, d’un Accord de Crédit d’un montant de 93,6 milliards FCFA, entre le MINEPAT et la Directrice des Opérations de la Banque Mondiale, pour le financement du PDVIR.

 Le 31 Janvier 2019, Mme el MINHDU recevait les représentants de DUVAL Immobilier, le groupe français partenaire du chinois Hywin pour un accord de principe sur la construction des logements sociaux, une convention de partenariat a été signée entre   le Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain  et la Société Cimenteries du Cameroun (Cimencam) représenté par son Directeur Général, Benoît Galichet, pour entre autres, le parachèvement du Programme Gouvernemental de construction de 10 000 logements sociaux.

‘’Le régime n’aime pas les travailleurs, elle sera vite cassée’’ explique le panafricaniste Thierry Mbepgue

Entre signature des conventions, MoU et partenariat, les camerounais restent sceptiques quant aux capacités de la ministre à réussir où Mbwentchou a échoué. ‘’Malheureusement elle joue avec un camp de loups. Sinon, comme Génération Change, elle pouvait lancer des initiatives populaires pour que les Camerounais financent et agissent eux même dans ces micros projets. Ainsi le rôle de l’Etat aurait juste été en appui.’’ Explique Sire .P  avant de poursuivre :

‘’ Elle ne sera pas cassée par volonté mais par les procédures. Passée l’étape du bilan qu’elle effectue actuellement, elle sera butée aux procédures d’exécution. Car dans le gouvernement de Biya il faut au minimum 4 ministères pour exécuter un chantier de travaux publics’’

Albin Njilo

FACEBOOK...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*