Urgent

‘’BADLUCK’’ : « L’heure de la révolution du cinéma africain a sonné » Rodrigue Fotso

17.10.2017(21H10)

Les africains ont désormais accès aux outils numériques, appareils photos, et logiciels, de plus en plus l’on assiste aux scenarios digne des films de fictions hollywoodiens, « L’heure de la révolution du cinéma africain a sonné ».








‘’Badluck’’ en est l’illustration, c’est le titre du court métrage que vient de réaliser Iboga Group, leader au Cameroun dans  la création visuelle, elle a décidé de mettre les pieds dans le cinéma, ceci avec une toute autre vision.

Rodrigue Fotso est cofondateur d’Iboga Group et Directeur de production, rapproché par Cameroun Liberty, il va susciter des vocations.

Les téléspectateurs viennent d’être émerveillés après  la sortie du court métrage intitulé Badluck, vous êtes cofondateur d’iboga group, mais ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est le volet technique et professionnel mis en avant pour la réalisation de ce chef d’œuvre. En tant que Directeur technique et artistique du groupe cofondé, vous vous êtes surement dit avant le début de cette réalisation qu’il y a un défi à relever, lequel ?

Hé oui un sacré gros défi se tramait à l’horizon. Il nous fallait quelque chose de puissant pour cette entrée, donc fallait oser. Tout d’abord trouver une simple histoire pleine de rebondissements ou tous les camerounais pouvaient facilement se retrouver. Et y ajouter des scènes  inimaginables voir même dangereuses  sur le plan réalité comme sur le plan  technique. Pour atteindre nos objectifs mon équipe et moi fallait faire recours à la technologie du VFX (visual effect)  communément appelé le trucage numérique. Une technologie rarement utilisé dans la scène de production cinématographique camerounaise et la était le grand défi.




‘’Badluck’’ marque votre entrée dans le cinéma camerounais et africain avec certainement une nouvelle vision. Iboga peut-il réellement sauver le cinéma camerounais ?

Nous voulons simplement montrer les possibilités derrière la production cinématographique, c’est un vaste chantier ou tous passionnés trouvent son compte. Ya des talents cachés dans l’ombre qui ont besoins de très motivés pour ce déployé. Nous essayons de préparer le terrain de jeux selon les standards internationaux et ainsi l’avenir tranchera pour notre cinéma

La press technique de ‘’Badluck’’ n’a laissé personne indiffèrent, quelle technique utilisez-vous ? Et est-elle accessible à tous les réalisateurs africains ?

S’il faut détailler les procès techniques de BADLUCK ici je pense on va se perdre. Simplement dire la technologie du fond vert et de 3D a été pleinement utilisé. On mettra d’ici peu une petite vidéo de making off et je pense les gens verrons les techniques utilisées et comprendrons qu’elles sont accessibles à tout le monde

Avez-vous une équipe ? Si oui d’où tirent-ils leurs talents ?

Nous avons une sacré équipe talentueuse donc la majorité a été  formé par le département IBOGA ACADÉMIE

En regardant le court métrage ‘’Badluck’’, on se dit’’ l’Afrique a un immense talent’’ selon vous, qu’est-ce qui manque à la jeunesse camerounaise, aux professionnels du visuel pour s’exprimer ?




Comme toujours ce fameux problème de formation mais je dirais c’est déjà un fait et il faut s’adapter. L’Internet aujourd’hui nous donne accès à tous,  nous pouvons tout apprendre devant un ordinateur, maintenant tout va dépendre de l’individu, de ses objectifs et son plan de carrière. Je pense en fait qu’il ne manque rien à la jeunesse et aux professionnels. Simplement une décision absolue et s’infliger avec violence le travail qu’il faut.

Quels sont vos difficultés sur le terrain, vous en avez certainement rencontré

Ha caaa comme toute activité faut s’attendre à tout, gestion d’équipe, la météo, etc…. La disponibilité des espaces à filmer faut négocier des jours avec de propriétaires. Des coupures d’électricité, bref passons trop compliquer.

Ha j’oubliais lors d’une scène avec le. Drone  un camion surgit de nul part et  brise l’engin totalement jusqu’aujourd’hui nos n’avions pas retrouvé l’épave  avec tous nos données enregistres bizard noor!!!

Avez-vous des projets de longs métrages en vue ? Ou tout simplement vous misez sur les courts métrages comme identité ?

Mais pour l’instant y’a encore pas mal de courts métrages qui vont apparaître avant




Un mot pour la fin

Bien-sûr y’a un long métrage qui arrive faudra vous accrochez

Merci pour cet intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *